17 juil. 2018

16 juil. 2018

"Il faut bien reconnaître qu'il y a des vies qui ne sont pas banales, pour que tout le monde soit d'accord sur les qualités d'un homme. Gus avait beau écouter, personne ne lui trouvait un seul défaut à l'abbé. Après tout, ce n'était pas le moment pour ça. Les morts, on a l'habitude de leur pardonner bien des choses, même les choses qu'on ne devrait pas."


"Je venais de tout perdre en quelques minutes et je te jure que j'aurais voulu que la mort me tombe dessus pour ne pas avoir à vivre ce qui allait suivre; mais la vérité, c'est que la volonté d'un homme pèse pas lourd devant son destin en marche."

Grossir le ciel
Franck Bouysse
2015

13 juil. 2018


Fatigue... Illustration de 2001

12 juil. 2018

Bio


(photo de Renaud Personnaz)

Borris est un peu touche-à-tout : après une maîtrise d’arts plastiques et une carrière internationale avortée de batteur dans un groupe de rock, il a publié des bandes dessinées animalières dans le fanzine PLG et dans des ouvrages collectifs, puis il a essayé la science-fiction en réalisant avec Alain Damasio des illustrations pour la sortie de La Horde du Contrevent, le tout en produisant des illustrations sur des thématiques variées pour des livres et des revues.

Son premier album de Bande dessinée, Lutte Majeure (Casterman), sur un scénario de Céka. a obtenu le prix Bulles Zik en 2010, celui du festival de Moulins en 2011 et a également figuré dans la sélection du festival d'Angoulême en 2011.

En dessinant Charogne (Glénat), Borris s'essaye aussi au scénario, à quatre mains avec Benoit Vidal.

11 juil. 2018

Revue de presse "Charogne"

Bon...
Les critiques sont bonnes.
Alors on va en profiter... 3 semaines après la sortie de l'album "Charogne" chez Glénat (label 13 étrange) voici les différentes chroniques lues sur internet :


Actualitté :
« C'est noir, bien sûr, drôle pourtant, surprenant en de nombreux endroits. »
https://www.actualitte.com/article/bande-dessinee/charogne-de-borris-et-benoit-vidal-voyage-avec-un-mort/89378

France 3 pays de la Loire :
« L’éditeur parle de thriller rural, j’évoquerai surtout une histoire d’hommes, avec ses forces et ses faiblesses… Bon scénario, bon dessin. Recommandé ! »
https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/actu-bd-livrejeunesse/2018/06/12/charogne-une-descente-en-enfer-signee-borris-et-benoit-vidal.html

Planète BD :
« On ressort de cette histoire haletante et sacrément bien tournée avec une forte amertume en tête quant à la nature humaine. »
http://www.planetebd.com/bd/glenat/charogne/-/36503.html

Pop up (BD de la semaine pour ce Blog de journalistes de France Info) :
« On part de Manon des Sources pour terminer dans un Very Bad Trip façon médecine légale. »
https://blog.francetvinfo.fr/popup/2018/07/06/bd-selection-top-charogne-borris-et-benoit-vidal-treize-etrange-glenat.html

Sceneario :
« Une tragédie rurale portée avec subtilité par un duo d’artistes au talent avéré. A lire ! »
http://www.sceneario.com/bande-dessinee/charogne/charogne/27916.html

BD Zoom :
« En 160 pages, le label Treize étrange y gagne un one shot très original, où la mort et le poids de la culpabilité n’épargnent personne… pas même le lecteur ! »
http://bdzoom.com/131101/lart-de/%C2%AB-charogne-%C2%BB-par-borris-et-benoit-vidal/

RTBF :
« l’album s’étend sur 160 pages qui se dévorent d’une traite comme un bon polar jusqu’aux révélations finales, cruelles, bouleversantes et amères à la fois qui justifieront le double-sens du titre.»
https://www.rtbf.be/culture/bande-dessinee/detail_macarel-de-macarel-le-maire-est-mort?id=9956113&utm_source=rtbfculture&utm_campaign=social_share&utm_medium=fb_share

Bdgest :
« La trame scénaristique très bien construite amène les révélations à petites doses pour un coup de théâtre final impeccable, un pur drame de derrière les fagots. »
https://www.bdgest.com/chronique-8658-BD-Charogne-Charogne.html

Sud Ouest :
« Ce roman graphique à l’ambiance anxiogène est porté par le graphisme semi-réaliste puissant de Borris, ses cadrages resserrés, sa mise en page déstructurée dans les scènes d’orage… Et un traitement gris-vert monochrome qui donne l’impression que jamais le soleil ne se lève sur ce flanc des Pyrénées… »
https://www.sudouest.fr/2018/06/25/bablet-boulet-borris-vidal-nos-coups-de-coeur-bd-5177098-790.php

Le courrier + (Le courrier picard) :
« Le petit format (17×24,8cm) de la BD est convaincant, ne vous laissez pas décourager par le nombre de pages (158), vous dévorerez cette histoire en un rien de temps ! »
http://lecourrierplus.fr/bulles-picardes/charogne-glenat/

Ligne Claire :
« Benoît Vidal au scénario, Borris au dessin et co-scénariste signent cette histoire bien sentie au milieu du XIXe siècle. »
https://www.ligneclaire.info/vidal-borris-72993.html

Sens critique :
« Ces quatre personnages principaux sont tantôt très attachants, tantôt détestables et plus les abcès se percent – plus les secrets se découvrent –, plus on est surpris avec eux, loin d’imaginer jusqu’où tout cela va aller. »
https://www.senscritique.com/bd/Charogne/critique/170919955

ComixTrip :
« Charogne, cette forte histoire d’hommes, est portée par une partie graphique de premier plan. Le trait semi-réaliste en noir et blanc de Borris apporte son lot de suspense et alourdit l’ambiance pesante du récit. »
https://www.comixtrip.fr/bibliotheque/charogne/

Un Amour de BD :
« Ce “huis-clos en extérieur” (enfermé par la nature) est mené avec une belle maîtrise. Haine farouche entre porteurs, secrets qui se dévoilent et mort qui rôde, Borris joue une partition terrible et effrayante qui prend aux tripes. »
http://www.unamourdebd.fr/2018/06/charogne/

Tout en BD :
« Une surprenante et captivante lecture. »
http://www.toutenbd.com/critiques/article/charogne

Les miscellanées d'Usva :
« Il y a donc une ambiance macabre palpable tout au long du récit, qui fait écho à du réel et, selon moi, donne encore plus de force à l’histoire. Les dessins monochromes renforcent encore cette force et l’ambiance générale du récit. »
https://lesmiscellaneesdusva.wordpress.com/2018/06/18/charogne-de-borris-et-benoit-vidal-glenat-2018/

Chroniques martiennes :
« Pourtant, malgré les secrets, l’ambiance, les personnages, Charogne n’est pas que noire. C’est aussi une BD drôle, surprenante, profondément humaine. On s’attache finalement à ces personnages hors du commun, qui ne sont pas forcément des lumières mais qui sont vrais, entiers. »
https://leschroniquesviennentdemars.wordpress.com/2018/06/27/bd-charogne/

Sitting bulles (page à thématique BD de la BPI) :
« Borris et Benoît Vidal nous tiennent en haleine jusqu'au bout avec leur récit entre road movie mortuaire et thriller rural. »
https://www.facebook.com/sittingbulles/photos/a.340384399792329.1073741829.340358549794914/419992081831560/?type=3&theater

SMS de Nicolas Juncker :
« C'est un bon livre.»


2 juil. 2018

J'ai léché ma glace. Je n'avais pas le moral et les bonnes choses sont encore mieux quand on a pas le moral. J'ai souvent remarqué ça. Quand on a envie de crever, le chocolat a encore meilleur goût que d'habitude.
La Vie devant soi
Romain Gary (Emile Ajar)
1975
 

La carte du chemin

Avant de commencer l'ensemble du storyboard de Charogne j'ai eu besoin de clarifier le chemin que les personnages allaient parcourir. Voici la carte que j'avais dessinée et que j'ai gardée sous les yeux le temps de la réalisation de l'album.

27 juin 2018


"- C'est mon trou juif, Momo.
- Ah bon alors ça va.
- Tu comprends ?
- Non, mais ça fait rien, j'ai l'habitude.
- C'est là que je viens me cacher quand j'ai peur.
- Peur de quoi, Madame Rosa ?
- C'est pas nécessaire d'avoir des raisons pour avoir peur, Momo.
Ça, j'ai jamais oublié, parce que c'est la chose la plus vraie que j'ai jamais entendue."

La vie devant soi
Romain Gary (Emile Ajar)
1975

26 juin 2018

Carnet retrouvé


Il y a 7 ans. L'île grande. Bretagne.

18 juin 2018


12 juin 2018

Aude, contreforts des Pyrénées, deuxième partie du 19ème siècle...


Ça faisait trois heures que le convoi de quatre hommes surmontés d'un cercueil peinait dans la pente. L’orage n'avait pas cessé depuis leur départ, ça commençait à devenir dangereux. Le torrent s'était ravivé le temps d'une colère puissante et ça ravinait sévère sur les flancs de la montagne. Devant, ça braillait entre les deux jeunes gars, Pierre et César, et les porteurs de l'arrière avaient parfois du mal à rattraper les coups d'épaules rageurs ou les dérapages incontrôlés dans la boue.

« Ça aurait été un gars de chez toi que j'te l'aurais envoyé balader dans le fossé. »
« Pareil pour moi, crevure ! »
« Oui, mais c'est votre maire bien aimé qu'est dans la boite, alors fermez vos gueules ! Vous avancez et vous arrêtez de brailler ! » La voix qui vient de derrière, c'est Jules ; lui, il est payé pour le boulot. De toute façon, ça pouvait pas être l'autre porteur... Motus, il est muet.

Charogne
Premiers paragraphes du synopsis envoyé aux éditeurs en 2016
à l'époque cela s'appelait "le sentier des morts"

5 juin 2018

" Dans Nanking Road les magasins sont mieux éclairés qu'hier. Tout le monde renaît, sauf les morts. "
Albert Londres
extrait de "La guerre à Shanghai "
1932

4 juin 2018




17 mai 2018

et pendant ce temps, dans la Brie...






Illustrations d'Hippolyte et Jérémie profs de lapins pour les Cahiers Pédagogiques.

16 mai 2018

Charogne

Charogne sortira le 13 juin 2018 chez 13 étrange (Glénat).