25 janv. 2020

Un bon coup de fourchette.

(Scénario pour une bande dessinée courte)

A table.
Il faut imaginer un personnage extravagant qui pourrait faire penser à une autrice anglo-saxonne. Elle est en train de manger la bouche grande ouverte laissant voir le bol alimentaire qu'elle enfourne à chaque phrase. Elle parle tout le temps, le tout est accompagné de slurp, hmmmm et autres scrountch scrountch...
On ne voit jamais son interlocuteur si ce n'est en ombre chinoise en amorce de l'image.

La femme :
Le personnage de tueur en série est complètement dépassé.
Une fantaisie littéraire rassurante dans un espace balisé.
Donnez moi les faits je vous trouve la cause et hop s'est emballé.
C'est d'un ennui.
L'absurde qui s’immisce sans raison, la pulsion soudaine qui vient de nulle part, la petite raison mesquine et voilà la scène de meurtre qui vous balance dans le réel.
Fini le consensus psychologisant qui nous rassure quand on connaît les déviances de l'assassin ! On est plus là pour rassurer le lecteur après lui avoir foutu une petite trouille maîtrisée ! On veut lui mettre la tête dedans pour faire exploser la langue ! C'est le style qu'on cherche !
Je n'ai jamais aimé l'expression « à l'os ».
Pour moi c'est la tripe le sujet, le mou et l'obscur... ce qui ne tient pas debout.

Un serveur s'approche avec les cafés.

La femme : Merci Jacques. Oh mais je n'avais pas vu l'heure... je ne vais pas vous retenir plus longtemps.

Le serveur : Madame est sûr ?

La femme : Oui, oui je rangerai. A demain.

La femme se retournant vers son interlocuteur...

La femme : Mais vous m'aviez parlé d'un pathologie intéressante tout à l'heure, La miso... ?

Le convive : La misophonie.

L'ombre a envahie la case. Peut-être une deuxième case noire et une autre avec un texte en juxtaposition. Les cases sont ensuite des plans rapprochés sur les détails du crime. Un flic au téléphone portable.

Le flic :
Chef. Le dingue a encore frappé.
...
Ce matin, ouais... Une femme qu'écrivait des livres.
...
Ouais... Exactement le même mode opératoire...
...
Y'a un peu de mise en scène cette fois. Ouais... Il lui a coincé les gésiers du poulet dans la gorge...

Dernière en plan large. Image de la femme avec une fourchette dans le cou, la bouche ouverte et la carcasse du poulet dans la main.

On dirait qu'il a fait du style cette fois-ci.

















[La misophonie, littéralement « haine du son », est un trouble neuropsychique rarement diagnostiqué mais commun, caractérisé par des états psychiques forts désagréables (colère, haine, anxiété, rage, dégoût ) déclenchés par des sons spécifiques. L'intensité des sons peut être élevée ou faible.]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire