27 nov. 2019

« La première fois que je vis mon père, c'était sur le quai d'une gare. J'avais trois ans... La dernière fois qu'il m'apparut j'en avais vingt-sept. Il me souriait à la portière d'un wagon qui l'emportait vers Marseille, vers la Chine, vers son destin. »

Mon père
Florise Londres
Albin-Michel, 1934

Aucun commentaire:

Publier un commentaire