19 mai 2019



    « Moi-même, l'auteur de ce livre, j'ai eu la chance exceptionnelle de pouvoir rendre visite à Vatanen pendant sa détention provisoire ; nous avons eu de longues conversations dont j'ai pris note le plus fidèlement possible et c'est à partir de ces notes que j'ai écrit ce livre.
     J'ai gardé l'image d'un homme d'une rare profondeur et d'une grande bonté ; je me souviendrai toujours des derniers mots de Vatanen à la fin de notre ultime entrevue : « C'est la vie ».
     A mon avis, le geste biographique de Vatanen révèle son sens révolutionnaire, authentiquement subversif ; et c'est là que réside sa grandeur. Quand Vatanen dans sa sinistre cellule caressait son lièvre avec la tendresse d'une mère, l'humanité prenait pour moi un sens. »



Le lièvre de Vatanen
Arto Paasilinna
1975

Aucun commentaire:

Publier un commentaire