28 mai 2014

« Dans les yeux vulnérables de sa mère, de cet unique coup d’œil, il voit que l’ensemble des souvenirs et des moments d’un seul jour de sa vie, ou de la vie de n’importe qui, s’il est suffisamment exploré, dépasserait en volume les œuvres complètes de n’importe quel auteur ayant jamais vécu. Des ailes entières de librairies, pour ne pas dire des librairies entières, seraient nécessaires pour abriter un seul jour de la vie de n’importe qui, et même alors on ne rendrait pas justice à cette vie.
            Et pourtant, se dit-il, dans sa valise, en bas, au milieu de ses tee-shirts, de ses caleçons et de ses chaussette, dans ce magazine se trouve l’histoire de Leila. Et celle de Billy. Et la sienne aussi.
            La vie, semble-t-il, n’est pas dépourvue de sens, elle est au contraire tellement pleine de sens que ce sens doit constamment être annihilé au nom de la cohésion et de la compréhension.
            Au nom d’une bonne intrigue. »

Karoo
Steve Tesich
Ed. Monsieur Toussaint Louverture
p. 544

Aucun commentaire:

Publier un commentaire