1 mai 2012

Lucha en do mayor



J'ai reçu la version espagnole de Lutte Majeure.
Le format est plus petit et les couleurs de la couverture sont très chouettes. Un petit détail, les espagnols n'ont pas hésité à être lisibles, même s'ils ont essayé de reproduire l'esprit du graphiste poète qui a fait la couverture chez Casterman.

Par exemple sur la tranche on peut lire le titre de l'album... Ce qui n'est pas complètement évident sur la version française où, non seulement nous avions l'invention d'un alphabet dyslexo-cyrillique, mais en plus il y avait une expression ondulatoire est vibrante, hommage à l'un des sujets du livre (la musique) qui permettait de vraiment achever toute possibilité de lecture.

Dans un autre ordre d'idée, le jour où j'ai reçu le livre espagnol, j'apprenais que l'Espagne atteignait un taux de chômage record de 24,4%.
Cela fait écho au jour où Lutte Majeure est sorti en France. Ce matin là je me suis réveillé en entendant à la radio que c'était le premier jour de la fin des indemnités chômage des personnes touchées par la crise de 2008.

Gageons que cela soit le signe d'un nouveau succès commercial !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire